Comment j’ai tilté

Intéressons-nous maintenant à ce que l’on appelle le tilt. Alors on peut définir le tilt comme le fait de perdre le contrôle quant à la nature des mises que l’on effectue ainsi qu’à leur montant. Pour illustrer ce concept rien de mieux qu’une bonne vieille anecdote personnelle et pathétique. 

Je suis davantage un joueur de poker qu’un joueur de paris sportifs néanmoins le plus grand tilt et la plus grande perte par la même occasion de ma carrière m’est arrivée à la roulette au casino de Deauville il y a quelques années. Celui-ci a eu lieu après un mois de juillet mouvementé où j’ai découvert la roulette en Angleterre et plus précisément sur la côte sud du côté des Bournemouth.

J’étais directeur de colonie à l’époque et je passais mes soirées dans les casinos et autres cercles de jeux à jouer soit au poker soit à la roulette pour évacuer le stress de mon activité professionnelle diurne. Alors j’ai été initié à la roulette par un autre directeur de colonie qui pour mon premier soir m’a créé une carte au casino de la ville où nous étions et me montra comment pratiquer la roulette. J’ai appris quelques années plus tard qu’il nourrissait une addiction profonde pour le casino et qu’il allait même jusqu’à jouer le budget de la colonie à la roulette la nuit pour reprendre son activité l’après-midi entre autres activités plus ou moins douteuses. C’est donc fort de ce mentor et de cette expérience toute jeune que j’accumule la somme de 1000 € en un mois à la roulette et que je rentre à Paris gonfler à bloc par cette confiance et cette spirale de la gagne accumulée outre-Manche.

Après avoir retrouvé ma petite amie de l’époque, qui ne l’est plus évidemment, et passer 2-3 nuits à me faire chier à paris, j’ai une pulsion de roulette et décide de descendre ou plutôt d’aller en 4L à Deauville dans le but caché de jouer à la roulette et le but officiel de d’emmener ma petite amie sur la côte évidemment le premier soir nous nous retrouvons au casino et après quelques fluctuations réussissons à partir avec un gain de 100 €. Là où les choses se sont corsés c’est le lendemain soir. Il faut tout d’abord savoir que la mise minimum en Angleterre et de 50 centimes ; il y a évidemment la possibilité d’aller sur des tables aux mises plus élevée mais néanmoins il est possible de jouer petit comme on dit. À Deauville c’est une toute autre limonade car la mise minimum pour les chiffres et de 5 € c’est-à-dire 10 fois plus cher qu’en Angleterre ! Autant vous dire que les possibilités de perte et de gain, mais surtout de perte sont infinies. Donc nous avons rejoint le casino sur les coups de 20h environ et avons décidé d’aller au charbon comme on dit dans le métier.