Une réforme de la Ligue des Champions est-elle nécessaire ?

La Ligue des champions, coupe annuelle des clubs de l’UEFA, est depuis 1955 l’événement phare du football européen qui voit s’affronter dans des matchs dantesques les géants du continent comme le Real, le PSG, le Barça ou encore le Bayern… Autant de noms légendaires dans l’histoire de cette coupe au retentissement énorme. Mais cette coupe ne fait pas le bonheur de tous et sait également susciter de violentes critiques de la part des petits clubs – par exemple – parfois bien méritées. Peut-on croire en la possibilité qu’une réforme intelligente réconcilie les uns et les autres autour du ballon ?

picture

Le premier problème justement, c’est la consécration sans surprise des mêmes équipes au sommet du football européen dans la plupart des éditions. Ainsi, le Real Madrid, l’Ajax Amsterdam, le Bayern Munich, l’AC Milan et Liverpool sont tous détenteurs d’un trophée permanent obtenu à la suite de cinq titres ou de trois années successives de conservation du titre de champion européen. Il n’est pas compliqué ici de comprendre que les “petits et moyens” clubs ne monteront jamais sur le podium. En effet, il faut pour cela que le club puisse avoir les moyens d’acheter les grands joueurs du moment et de se payer un entraîneur à la mesure de ces ambitions. Ce qui n’est donc possible que pour de grands clubs, soutenus par de puissants sponsors ou par de grasses redevances télévisuelles, véritable nerf de la guerre et enjeu de toutes les tractations.

Les clubs des villes moyennes, même s’ils participent, sont comme exclus d’emblée de ces rêves de trophée. Il apparaît bien complexe, et sans doute illusoire, de tenter de changer cet état de fait puisque ce serait remettre en cause le principe même de club et toute leur organisation.
Par contre, il y a d’autres pistes plus intéressantes à explorer. Il serait possible par exemple de diviser cette coupe en deux événements simultanés, à l’instar des Ligues 1 et 2 en France. Bien sûr, on bute très vite sur le problème de calendrier qui s’oppose à une multiplication exponentielle des dates de match. Mais tout de même, il pourrait être sympathique d’avoir une finale européenne entre des clubs moins médiatisés, comme un duel entre le Stade rennais et le Celtic, pourquoi pas !

Ou sinon, et ce programme serait plus ambitieux, j’entends par là difficile à mettre en place (euphémisme), on pourrait songer à créer deux championnats jumeaux de niveaux différents et dont les deux vainqueurs se retrouveraient dans une finale épique, un nouveau duel de David contre Goliath des temps modernes.
Enfin, la piste la plus intéressante et la plus réaliste consisterait peut-être à accepter de créer un système de handicap pour les équipes, relatif par exemple à leur niveau dans le classement UEFA ou au prix des joueurs qui composent le club. Mêmes farfelues, les possibilités de pondération des scores pour redonner une chance au football des clubs moyens – les plus nombreux -, sont nombreuses et pourraient devenir nécessaires.